Sihem Ben Sedrine : «L’Etat bloque la justice transitionnelle en Tunisie»

203

Lse monde – Sihem Ben Sedrine, ancienne opposante à la dictature de Zine El-Abidine Ben Ali, préside l’Instance vérité et dignité (IVD) mise en place en 2014 pour mener à bien la justice transitionnelle en Tunisie. L’IVD est chargée d’instruire des dossiers de violations des droits de l’homme et de malversation financières sur la période 1955-2013.

5148696_3_d71e_sihem-ben-sedrine-ancienne-opposante-a-ben_1fa33fd0f3d9c01cd07899d5fa2d8381

Depuis novembre 2016, l’institution a organisé une dizaine de soirées d’auditions publiques sur ces violations dont s’étaient rendus coupables les régimes autoritaires de Habib Bourguiba (1956-1987) et de Ben Ali (1987-2011). Dans un entretien au Monde Afrique, Mme Ben Sedrine se félicite que ce travail de mémoire ait dissipé le début de « nostalgie » pour Ben Ali qui commençait à s’exprimer devant les difficultés de la transition. Et elle dénonce le « blocage » de l’Etat qui handicape le travail de l’IVD.

Quel bilan tirez-vous de cette série d’auditions publiques qui ont eu un fort impact médiatique ?

Sihem Ben Sedrine Les auditions publiques de l’IVD sont l’un des outils prévus par la loi pour démanteler le système de dictature et de corruption. C’est aussi un outil pour que l’opinion publique soit saisie de tous ces mécanismes de corruption et de violations des droits humains, pour que les gens comprennent de quoi il retourne. Il s’agit de garantir leur non-répétition.

Après ces dix séances, nous sommes plutôt satisfaits. On a mis un terme à la nostalgie de la dictature qu’on a vu apparaître en 2015 et même début 2016. Les gens ne disent plus : « On regrette Ben Ali. » Car on peut regretter une dictature. On l’a vu dans l’est de l’Europe. Les Allemands ont un nom pour ce concept : « Ostalgie », la nostalgie de l’Est, la nostalgie du communisme, la nostalgie de la dictature. Parce que la transition est le moment le plus difficile et le plus ingrat du passage à la démocratie. On n’a plus les avantages de la dictature, on n’a pas encore les avantages de la démocratie, mais on a les inconvénients des deux. On en vient à dire : « Avant, c’était mieux. Pourquoi pas la dictature si elle nous assure de la stabilité ? » En Tunisie, les gens peuvent regretter la stabilité, mais ils ne regrettent pas le dictateur. Nous sommes fiers de cet acquis. Nous pensons avoir mis les bornes, les balises. Et bien sûr, tout reste à faire. On n’en a pas encore fini avec la transition.

Dans ce travail, vous avez des relations conflictuelles avec la présidence de la République. Qu’en est-il ?

Il est à regretter que la présidence de la République se soit placée dans une posture d’obstruction à l’égard de la justice transitionnelle, l’une des revendications de l’après-révolution. Les Tunisiens ont dit : « On ne va pas régler son compte au passé par la violence, par le lynchage, par la revanche. » C’est quand même mieux de passer par la voie du dialogue, par un processus de redevabilité où les responsables de violations des droits humains et économiques reconnaissent ce qui s’est passé. Il y a là un volet pédagogique : on apprend comment ça fonctionnait. Après, les auteurs de violations demandent pardon. Et on leur pardonne.

Les débats sur la justice transitionnelle avaient donc commencé dès 2011. La loi organique fondant l’IVD, issue d’une implication de la société civile, a été adoptée en décembre 2013. Puis, en 2014, le parti Nidaa Tounès remporte les élections. Ce parti était formé de plusieurs composantes : des gens de gauche, mais aussi une forte composante de personnalités de l’ancien régime. Le candidat de ce parti à la présidence de la République, Béji Caïd Essebsi, qui a été élu, a dit clairement lors de la campagne électorale qu’il n’était plus d’accord avec la justice transitionnelle et allait dissoudre l’IVD. Dieu merci, la justice transitionnelle continue, malgré les obstructions. C’est le souhait du peuple tunisien.

Vous avez fait l’objet de campagnes de presse vous accusant d’être le jouet du parti islamiste Ennahda. Que répondez-vous à ce cela ?

Il n’y a pas de jouet d’Ennahda, tout bêtement parce que l’IVD prend ses décisions d’une manière totalement autonome. Elle ne consulte pas Ennahda pour ses choix stratégiques. Il y a des bénéficiaires et des perdants de la justice transitionnelle. Qui gagne ? Les victimes des systèmes despotiques et mafieux. Qui perd ? Les auteurs de violations. Mais ces derniers sont en fait les premiers bénéficiaires. Ils auraient vraiment été perdants s’il avait été question d’une chasse aux sorcières. Là, on est dans un processus qui aboutit à la réconciliation après la redevabilité. Pourtant, le simple fait de leur demander des comptes les embête. Qu’ils n’attendent pas de nous qu’on arrête. On continuera à demander des comptes à toute personne qui a une responsabilité dans la dictature qui avait mis en coupe réglée le pays, dans les violations des droits humains et économiques. La Tunisie est en train de subir le contrecoup de cette captation des richesses du pays par un groupe à la faveur d’un système de privilèges. La loi est claire : c’est notre rôle de démanteler ce système, de définir les responsabilités.

En novembre 2012, époque où Ennahda dirigeait le gouvernement de coalition, la répression par la police d’une manifestation pour l’emploi avait fait à Siliana 300 blessés, la plupart atteints de tirs de chevrotine. Organiserez-vous une séance d’auditions publiques sur ces violences ?

Il y aura une audition publique sur Siliana, je vous le garantis. C’est un événement important dans la vie des Tunisiens. Vous allez voir que l’IVD fait son investigation de la manière la plus neutre. La rumeur que l’IVD n’est pas neutre a été lancée avant même qu’elle commence son travail en août 2014. Il y avait des campagnes sur le thème : « Ils ne sont pas neutres, ils ne sont pas indépendants, la présidente est une personnalité qui veut prendre sa revanche sur l’ancien régime, etc. ». Ce sont les mêmes éléments de langage qui se répètent en permanence.

La présidence de la République a soumis à l’Assemblée un projet dit de « réconciliation économique » qui redonde avec votre propre mandat sur les affaires de corruption. Qu’en pensez-vous ?

Si des mécanismes doivent être créés en parallèle, ils doivent répondre aux critères auxquels répond l’IVD, à savoir l’indépendance et la neutralité. Or la loi sur la « réconciliation économique » du chef de l’Etat prévoit un instrument qui est une pâle copie de la commission d’arbitrage à l’IVD. Cette nouvelle commission serait nommée par l’exécutif. Du coup, elle ne serait pas indépendante parce que l’Etat devient partie prenante de ce processus d’arbitrage.

En outre, cette réconciliation économique accorde une amnistie, point à la ligne. Ce n’est pas de la redevabilité. Nous, nous n’amnistions pas. Nous invitons les auteurs de violations économiques à reconnaître ce qu’ils ont fait par écrit ou par une audition, à huis clos ou en public, et ensuite à restituer l’argent indu.

Sur ces affaires de corruption, on vous accuse de résultats insuffisants…

On a traité des milliers de dossiers liés à la corruption, et une cinquantaine de dossiers est en arbitrage. Nous avançons. Qui bloque ? L’Etat. Le représentant du gouvernement, en la personne du chef du contentieux de l’Etat, après avoir démarré des audiences d’arbitrage, bloque. Il dit : « Je reporte. » Et reporte indéfiniment. Alors, qui bloque : l’IVD ou le gouvernement qui refuse de s’engager dans ce processus d’arbitrage ? Notre mission est non seulement de réhabiliter la personne qui a fauté, mais c’est aussi de donner à l’Etat les outils nécessaires pour engager les réformes dont ce pays a douloureusement besoin. Mais ils [les opposants à l’IVD] ne veulent pas de ces réformes. Veut-on protéger les corrompus ? Veut-on encore les laisser bénéficier de la manne indûment ? Le peuple tunisien a clairement dit non.

Lors de l’audition publique du 24 mars sur la répression qui avait frappé à partir de la fin 1955 – et jusqu’en 1958 – les partisans armés de Salah Ben Youssef, principal rival de Bourguiba, vous avez appelé à « réécrire » ces pages de l’histoire de la Tunisie. Vos propos ont suscité la polémique. Est-ce le rôle de l’IVD de « réécrire » l’histoire du pays ?

L’histoire officielle a été écrite par les agents de Bourguiba. C’est de notoriété publique. On a manipulé l’Histoire. On a attribué à Bourguiba des actes qui ne sont pas de son fait. Et on a éliminé certains acteurs d’un coup de crayon et a fait l’omerta sur certains faits historiques. Cela s’appelle de la manipulation.

L’IVD a reçu des plaintes de personnes qui sont des victimes de cette période-là. C’est notre mandat : la période couverte commence en 1955. Nous avons fait nos enquêtes. Qu’est-ce qu’on a découvert ? Que des violations de droits de l’homme ont été commises au lendemain de l’indépendance. Des civils ont été bombardés, à la demande du gouvernement tunisien, par l’aviation française alors que la Tunisie était indépendante. Nous avons également établi des dossiers sur des tortures commises contre des opposants au lendemain de l’indépendance. Oui nous faisons appel aux historiens pour que cette Histoire manipulée et instrumentalisée soit réécrite, car elle le doit. Ce n’est pas moi qui écris l’Histoire, mais les historiens. Je les invite à relire ces pages sur lesquelles la lumière n’a pas encore été faite. Le fait d’inviter les historiens à travailler sur cette période que les Tunisiens ignorent toujours, et sur laquelle il y a une vraie opacité, c’est le travail de l’IVD.
Le monde